• Raymonde

L'aventure sans l'aventure #3 - touristes

Alors bien sûr, bien sûr, je m’étonne encore, et je m’en excuse.


Rose, depuis dimanche, héberge quelques amis venus du sud, Luserde et Karl. En rentrant hier d’une stupéfiante journée toute entière découpée pour ne rien "rater", depuis leur fatigue ils ont prononcé cette phrase incroyable :


"Nous avons fait Notre Dame en une heure."


Vos visiteurs, appelés touristes, vous sillonnent et se portent vers vos pierres. Qu’il soit homme ou pays, l’autre est réduit à l’état minéral. L’art et la religion les attirent tout autant. Qu'y cherchent-ils ? Moi-même je m’y perds, mais tout de même, excusez-moi, la culture, chez vous, respire si faiblement ! Mausolées, sépulcres, stèles, stoupas, tombeaux et tumulus, les monuments sont aussi rigides et froids que la non-vie, vous en conviendrez. Cette grande tour d’acier bien étrange, malheureux pilier de capitale, me noue l’estomac. Rien n’y vibre, rien n’y renaît que le bruit de la climatisation. Et tout cela est sans doute lié à votre amour pour l’ancien, ici stabilisé. Ne rien changer, ne surtout rien déplacer dans l'infini pittoresque. Quelle frayeur j’éprouve face à vos pourritures adorées. Elles sonnent creux.


Le touriste, alourdi bien souvent par une obligation de faire que je ne m’explique pas, obligation qu’il traîne comme un boulet, visite, en réalité, un décor fragile, si fragile. Un gruyère théâtral.


Les deux amis de Rose ont donc fait la cathédrale. Tous les synonymes de ce verbe, et ils sont nombreux, ne parviennent pas à m’éclairer sur son utilisation, dans cette phrase. Ils ne l’ont pas vue, ils ne l’ont pas goûtée ni étudiée, ils l’ont faite. L’action est plus intense, plus grave, plus sérieuse, elle exclue la promenade, sans doute trop légère, trop aléatoire, trop distrayante, autant que la visite, trop formelle, presque rugueuse. Ils ont préféré construire, littéralement, la cathédrale en une heure, remplacer poutres et piliers par des adjectifs : formidable, impressionnant, énorme..., et voilà qui est fait, posé, expédié. Ils l’ont fait.


Pour mériter ses vacances, le touriste doit travailler. Il doit suivre une liste bien précise d’actions, petit panel arbitraire dicté par je ne sais quelle instance de sa culpabilité. Faire la ville puis faire la fête et faire sa nuit. Certains ont fait l’Himalaya, d’autres la grande muraille, ces petits dieux construisent inlassablement un monde à chaque voyage, un monde qu'ils inventent et qu'ils répertorient si activement qu'ils en oublient même de le regarder.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout