• Liserde

Liserde au Mexique #17 - To be continued

Mexico, juste avant de partir

Les voyelles s’allongent

Les cris longs doux des rues

Débordent tremblent cohabitent

Les oiseaux font des bruits de chiens

Les hommes font des bruits d’oiseaux

Rats cafards merles tropicaux

S’accordent

Sans rigueur sans angle droit

Les trottoirs marchent de travers

Le temps n’existe pas

L'espace autorise

à n’être pas droit pas lisse pas fini

La ville nous rend

notre essentielle absurdité

Ici

J'abrite en douceur la multitude


Nous ne sommes venus que pour rêver

Il n’est pas vrai, il n’est pas vrai

Que nous soyons venus vivre ici-bas.

« Cuecuehcuicatl », recueil de poèmes Aztèques anciens

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout